Les taux d’emprunt immobilier remontent en flèche !

Les taux d’emprunt immobilier viennent d’augmenter en moyenne entre 0,25% et 0.35% en un mois, et 0.45% depuis la mi-novembre, selon Empruntis.com. Un record depuis le début des années 2000.

Lire la suite

tendance des taux immobiliers en juin

Prêt immobilier en devise, le choix des frontaliers

La Suisse accueille près de 100.000 travailleurs Français disposant du statut de travailleurs frontaliers, rémunérés en Francs Suisses, ces personnes ont l’opportunité de souscrire à des crédits immobiliers en devise.

Un crédit en devise permet de se prémunir des fluctuations du taux de change EURO / CHF et de profiter des conditions exceptionnelles de crédit actuellement accordées avec par exemple des offres à taux fixe à 2,30% sur 25 ans (canton du Jura et de Neuchâtel) alors que les meilleurs taux tournent autour de 3,30% en France.

Pour un résident Français, la démarche est très simple, la plupart des grands organismes bancaires disposent d’offres pour les frontaliers. Avec ce type de service, il est possible de contracter un emprunt en devise pour un bien situé en France, tout en profitant des différentes aides du secteur (Prêt à Taux Zéro…).

Enfin, l’actualité en fait un sujet brûlant puisque l’Euro s’est récemment effondré face au Franc Suisse. Nombre de frontaliers en ont profité pour emprunter ou renégocier leur emprunt pour profiter du double effet Euro faible + taux records.

Fluctuation du taux de change EUR/CHF sur un an

Lire la suite

Plafonds et montants du PTZ+

Suite à l’annonce de mardi qui dévoilait les contours du nouveau Prêt à Taux Zéro 2018, on connait les premiers chiffres concernant ce dispositif.

Parmi les point notables, on relève la présence d’un « facteur énergétique » qui détermine le pourcentage de l’opération qui peut être couvert par le PTZ+. Plus votre logement est considéré comme efficace en terme énergétique, plus le montant du Prêt accordé sera important.

La distinction entre le neuf et l’ancien se fait toujours, avec un net effort porté les logements neufs en zone d’habitation « tendue » (zone A et B1).

Les plafonds des opérations ont été également revus à la hausse. Cela signifie que les logements coûteux permettront d’obtenir à un Prêt à Taux Zéro plus conséquent qu’avant.

Les grands gagnants par rapport au précédent PTZ sont :

  • Les acheteurs situés en zone A et dans une moindre mesure en zone B1 pour les biens neufs
  • Les biens immobiliers de forte valeur, les plafonds ayants été largement remontés
  • Les ménages aisés puisqu’il n’y a plus de conditions de ressources

Du point de vue des perdants ou des « moins favorisés » on trouvera :

  • Les logements anciens, notamment les logements peu performants en matière énergétique
  • Les acheteurs en zone C (majorité du territoire Français hors agglomérations), le neuf est particulièrement décoté
  • Les acheteurs en zones « sensibles » ZSU (Zone Urbaine Sensible) et ZFU (Zone Franche Urbaine)
  • Les biens de moindre coût seront surtout impactés (à cause de l’augmentation des plafonds)

Lire la suite

Plus d’informations sur le Prêt à Taux Zéro Renforcé ou PTZ+ pour 2011

Les contours du nouveau Prêt à Taux Zéro, nommé PTZ+, commencent à apparaître plus clairement. Si on ne dispose pas encore des différents chiffres on connaît maintenant l’orientation générale du projet.

Le président de la République, qui tient à sa promesse de faire de la France « un pays de propriétaires » souhaite faire augmenter le chiffre de propriétaires de 58% à 70%.

Ces réformes de l’aide au logement devraient permettre à l’état d’économiser de l’argent tout en profitant à environ 70% de bénéficiaires supplémentaires.
Ce nouveau PTZ devrait se mettre en place autour de 3 axes :

  • une aide qui ne concernera que les primo-accédants
  • la suppression des conditions de ressources
  • une majoration pour les bâtiments neuf et à haute performance énergétique

Lire la suite

Durées des crédits immobiliers : les banques font le service minimum

La première optimisation d’un crédit immobilier consiste à choisir une durée adaptée à sa capacité de remboursement et au capital emprunté.

Pourtant, les banques ne font aucun effort dans ce domaine. Plus de 75% des offres sont faites sur les durées standards du crédit (10, 15, 20, 25 et 30 ans). Au final le coût pour l’emprunteur est très important.

Nous avons analysé près de 1000 simulations effectuées sur notre site durant une partie du mois d’août pour en extraire une série d’indicateurs sur les pratiques bancaires et les comportements des Français face au crédit. Cet article est le premier d’une longue série, nous nous intéresserons ici spécifiquement aux durées d’emprunt des crédits.

Lire la suite

Hausse de la taxe sur les plus values

Crédit immobilier et retraite, une étape à anticiper

De plus en plus d’emprunteurs contractent un emprunt qui se termine après l’âge de la retraite.
Ceci devrait être pris en compte lors du montage du dossier mais on se rend compte que les banques ne le font que très rarement.

L’observatoire du crédit a récemment ré-évalué l’âge moyen de l’emprunteur à 37 ans, une légère -mais constante- augmentation qui indique que les emprunteurs d’aujourd’hui sont de plus en plus agés.
Ce même observatoire souligne également un net allongement des durées moyennes d’emprunt, avec une hausse de 4 ans entre 2001 et 2006.

Les débats actuels sur l’âge de la retraite n’y changeront rien, il apparaît que de plus en plus de Français vont se retrouver en retraite avec un crédit immobilier encore actif.

Un courtier en crédit nous indiquait à ce propos travailler de plus en plus sur des ré-aménagements de dossiers de crédits pour de jeunes (ou futurs jeunes) retraités.
Il soulignait le fait que les banques, dans leur empressement à signer un crédit, sous-estimaient parfois l’étape de la retraite, or cette étape s’accompagne pour beaucoup d’une baisse des revenus.

Nous allons voir quelles sont les causes, les problèmes mais aussi les solutions pour reprendre un dossier mal préparé.

Lire la suite

credit-immobilier

1 minute 30 pour gagner de l’argent en rachetant son crédit

Voici une vidéo d’une simulation de rachat de crédit immobilier type. Crédit de 160 000 euros contracté fin 2007, taux moyen…

Le gain est non négligeable avec des mensualités plus faibles et une économie de plus de 14 000 euros.

Lire la suite

Les taux immobiliers sont au plus bas

Taux des crédits immobilier Juin 2010 : fin de la baisse

Les banques déclarent unanimement que la baisse des taux est finie.

Elles excluent toute remontée dans l’immédiat et parlent d’une stagnation des taux, mais la période continue de baisse (presque un an et demi de chute des taux) semble révolue.

Les taux fixes moyens à la mi Juin 2010 s’établissent à 3,50% sur 15 ans, et 3,65% sur 20 ans.

Lire la suite

meilleur taux en novembre

Rachat de crédit immobilier juin 2010, les éléments pour obtenir le meilleur taux

Pour obtenir le meilleur taux d’intérêt sur votre dossier de rachat de crédit immobilier vous devez présenter le meilleur dossier possible à votre partenaire financier.

Le contexte économique actuel va imposer à votre partenaire financier une attention particulière sur le calcul du risque avec la prise en compte de votre situation professionnelle, de la stabilité de vos revenus ainsi que de votre niveau d’endettement.

En juin 2010, la forte concurrence entre les établissements financiers ne gomme pas  l’importance de la qualité du dossier.

Lire la suite

credit-immobilier

10 conseils pour réussir son rachat de crédit

Le particulier bénéficie de la concurrence que se font les établissements financiers, mais de la même manière, son dossier de rachat de crédit immobilier est en concurrence avec les dossiers d’autres particuliers.

Pour que l’emprunteur, le courtier et la banque aient intérêt à ce que l’opération se réalise, il faut la préparer. Cela demande réalisme et méthode. Lire la suite

Les meilleurs taux immobiliers

Fichage FICP et rachat de crédit immobilier

Vous êtes inscrit au  FICP et propriétaire de votre habitation principale.

Vous devez réorganiser votre dette pour vous sortir de cette passe difficile. Malheureusement, vous ne pouvez pas engager de nouveau crédit car les établissements bancaires vérifient les inscriptions au FICP.

Pourtant, si vous êtes inscrit au FICP et que vous êtes propriétaire de votre bien immobilier, vous pouvez regrouper vos crédits (crédit immobilier, crédit à la consommation, auto, revolving, trésorerie,…) en souscrivant un crédit hypothécaire.

Lire la suite

credit-immobilier

Synthèse de l’étude Empruntis : les crédits des Français en 2009

Le courtier Empruntis a sorti ce mois-ci un dossier sur les emprunts des Français  en 2009, voici en synthèse les données importantes remontées par cette étude :

  • Les montants empruntés sont en hausse : le montant moyen emprunté s’élève à un peu plus de 153 000 €, en hausse de 11% sur 5 ans
  • L’apport personnel est également en très légère hausse à presque 35 000 € (soit près de 20% du montant total de la transaction)
  • Les durées se sont affichées à la baisse avec une moyenne à 19 ans et 2 mois, mais le courtier observe qu’elles sont déjà reparties à la hausse sur 2010
  • L’emprunteur type est également plus âgé, avec une moyenne à 37 ans (34 ans en 2005) et son foyer dispose de revenus plus élevés : 4 560 € nets contre 3 760 €, 5 ans auparavant (soit une hausse de 20%)
  • Le taux moyen fixe observé pour les clients du courtier s’élevait à 4,24% (15 ans) et 4,38% (20 ans)

On est donc encore loin du profil d’un Français « moyen » qui gagne 2 500 € par foyer, et l’essentiel des transactions en 2009 étaient réservé à une frange de la population Française disposant d’un apport important et de bons revenus.
Le courtier indique néanmoins que la part des primo-accédants est en hausse depuis fin 2009 grâce au retour des produits bancaires de long terme, à la baisse des taux et au maintien des aides à l’accession à la propriété.

Mais pour combien de temps ? Le porte-parole d’Empruntis indique en effet, à la publication de cette étude :

Les prix de l’immobilier demeurent très et trop élevés, l’achat immobilier reste ainsi mathématiquement réservé à une catégorie de la population aisée et disposant de revenus très nettement supérieurs à la moyenne, notamment dans les zones où l’offre de logements est très considérablement inférieure à la demande.