Les journaux télévisés en ont récemment fait leur une : le marché immobilier français semble s’être complètement emballé et s’éloigne significativement du raisonnable.

En effet, selon une récente étude d’Empruntis, malgré la légère remontée des taux constatée ces derniers mois, les prix des logements campent globalement sur leurs positions.

Malgré un coût du crédit encore relativement bas, le pouvoir d’achat immobilier des ménages est paradoxalement au plus bas. Sur ce marché immobilier qui s’enlise, les vendeurs sont ils trop gourmands ? Peut on encore devenir propriétaire en 2013 dans un contexte de crise économique persistante ?

Profil type de l’emprunteur en 2013

Selon Empruntis, malgré des taux immobiliers historiquement bas en 2013, le montant moyen emprunté est en forte hausse par rapport à 2012, de même que l’apport personnel injecté dans les financements. Mécaniquement, le prix moyen des transactions immobilières est donc lui aussi en hausse.

  • Montant moyen emprunté en 2013 : 168 409 € (contre 159 768 € en 2012)
  • Durée moyenne d’un crédit immobilier : 19.5 ans (contre 20 ans en 2012)
  • Apport personnel moyen en 2013 : 51 978 € (record historique)
  • Montant moyen d’un achat immobilier : 220 387 € (+ 10 000€ par rapport à 2012)
  • Age moyen de l’emprunteur : 37 ans (contre 36 ans en 2012 et 34 ans en 2010)
  • Revenus nets moyens des foyers fiscaux qui empruntent : 4 500€

Evidemment ces chiffres sont une moyenne qui contient des disparités fortes. L’exception parisienne affichent par exemple 8 449€ de revenus nets moyens pour ses emprunteurs et le prix moyen d’un bien immobilier en Ile de France s’établit à 300 000€.

Cependant cette étude confirme le fait que le marché immobilier s’éloigne de plus en plus des classes modestes en France et que les nouveaux propriétaires sont de plus en plus aisés.

L’état du crédit immobilier en 2013

Malgré une légère hausse des taux immobiliers, le crédit reste bon marché en France. Cette tendance devrait se confirmer durablement puisque la BCE vient de baisser son principal taux directeur à 0.25%, du jamais vu dans toute son histoire !

Evolution des taux immobiliers

Evolution des taux immobiliers sur 15 ans (Source : Empruntis)

durée des crédit immobiliers

Evolution de la durée moyenne des crédits immobiliers (Source : Empruntis)

 

Quelle conséquence pour les particuliers en 2014 ?

Les particuliers devraient donc encore bénéficier de taux immobiliers stables et constater des baisses significatives en 2014 si les banques répercutent la baisse de la BCE sur leurs propres barèmes, comme c’est souvent le cas.

En contrepartie, les prix de l’immobilier risquent de ne pas s’assouplir et les vendeurs de rester confiants.

Evolution du pouvoir d’achat immobilier

Malgré un marché immobilier grippé faute d’acheteurs suffisamment solvables, les taux immobiliers bas permettent d’augmenter le pouvoir d’achat immobilier de manière artificielle dans certaines villes comme Marseille (+ 6.6%), Paris (+ 4.1%), Nice (+ 2.9%), Nantes (+ 1.9%), Lille (+ 1.8%) et Bordeaux (+ 1.7%). Mais cela ne signifie donc pas que les prix de l’immobilier dans ces villes a très fortement baissé.

Classement des grandes villes au plus fort pouvoir d'achat immobilier au 1er septembre 2013

VilleRevenus moyens par ménage (source INSEE)Prix moyen/m² au 1er septembre 2013 (source MeilleursAgents.com)Taux immobilier moyen en septembre 2013Pouvoir d'achat immobilier en septembre 2013 (en m²)
Rennes2 726 €€2 333 €€3,45 %70
Strasbourg2 766 €€2 368 €€3,45 %70
Nantes2 894 €€2 620 €€3,45 %66
Toulouse2 754 €€2 703 €€3,45 %61
Lyon3 261 €€3 240 €€3,55 %60
Bordeaux2 911 €€2 946 €€3,45 %59
Marseille2 556 €€2 630 €€3,45 %58
Lille2 516 €€2 897 €€3,60 %51
Nice2 747 €€3 904 €€3,45 %42
Paris5 178 €€8 331 €€3,45 %37

Classement des grandes villes où le pouvoir d'achat immobilier à le plus fortement évolué depuis janvier 2013

VilleVariation moyenne prix/m²Variation moyenne du taux immobilierVariation de la capacité d'empruntVariation du pouvoir d'achat immobilier en m²
Marseille-9,90 %+0,15 %+0,70 %+3,6
Paris-0,40 %+0,20 %+3,50 %+1,5
Nice-2,10 %+0,15 %+0,80 %+1,2
Nantes-0,40 %+0,25 %+1,50 %+1,3
Lille-1,40 %+0,30 %+0,40 %+0,9
Bordeaux+0,60 %+0,20 %+2,30 %+1,0
Rennes+0,30 %+0,25 %-0,40 %-0,5
Toulouse+1,30 %+0,20 %+0,60 %-0,4
Lyon+2,20 %+0,20 %+1,50 %-0,4
Strasbourg+3,40 %+0,20 %+0,80 %-1,9

(Source : Empruntis)

Les baisses de prix les plus notables s’imposent dans les campagnes, les agglomérations à 20 ou 30 km des grandes villes, les lieux de résidence où les services, commerces et transports sont faibles, les cités dortoirs où le budget carburant pèse significativement dans la balance.

Prévisions des prix du marché immobilier pour 2014

Selon l’institut Xerfi, le marché actuel présente tous les symptômes d’une bulle immobilière qui pourrait faire beaucoup de dégâts si elle existe et qu’elle éclate…

bulle immobilière en France

Les causes d’une bulle immobilière (Source : Xerfi)

 

Une réponse

  1. www.lexpressproperty.com/fr

    Ces chiffres ne donnent vraiment pas envie de devenir ni acquéreur ni locataire..enfin, en France. Il vaut mieux choisir d’investir à l’étranger, on y retrouve de meilleurs conditions..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

1 × quatre =