Crise immobilière

La France va-t-elle subir la même crise immobilière que l’Espagne ?

Au coeur d’une récession drastique, l’Espagne traverse une période de grande austérité dont l’objectif est d’assainir les comptes publics en réalisant 150 milliards d’euros d’économies d’ici fin 2014.

Conséquence de cette économie désastreuse, la crise de l’immobilier y est sévère et les soldes de logements neufs impressionnantes.

Les prix de l’immobilier en France vont-ils subir la même chute vertigineuse ?

La crise immobilière en Espagne

Avec 26,9 % de chômeurs (4,70 millions de la population active), le pouvoir d’achat des Espagnols est très faible et permet difficilement de fournir un apport suffisant pour obtenir un emprunt immobilier auprès d’une banque. La demande est donc en berne et bien moins importante que l’offre.

Par ailleurs, le secteur immobilier Espagnol est largement sinistré par l’effondrement de la bulle de la construction en 2008. En effet, entre 1997 et 2006, plus de 5,5 millions de logements neufs ont été construits en Espagne, soit deux fois plus qu’en France sur la même période.

Au paroxysme du boom immobilier en Espagne, il s’est construit autant de logements neufs qu’en France, Allemagne et Royaume-Uni réunis sur la même période !

Aujourd’hui, la valse bruyante des grues s’est arrêtée et les prix des logements neufs qui ne trouvent plus preneurs ont chuté d’un quart. Les promoteurs bradent leurs logements, allant même parfois jusqu’à proposer deux appartements pour le prix d’un ou d’offrir une voiture avec la maison.

Les reportages sur des résidences fantômes qui n’ont pas trouvé de propriétaires font les choux gras des journalistes.

Avec 700 000 logements qui ne se vendent pas, les prix pourraient encore chuter de 20 à 25% à moyen terme.

De plus, 250 000 expulsions de propriétaires ou de locataires surendettés de résidences principales, secondaires, commerces ou terrains ont eu lieu entre 2008 et 2012. Ce facteur accentue la crise de l’immobilier en Espagne et les banques sont devenues les principaux agents immobiliers espagnols puisqu’elles possèdent désormais 30% des biens.

A VENDRE : Appartements neufs de 2 chambres et 2 salles de bain à proximité du port de plaisance de « La Duquesa » à Manilva et à seulement quelques centaines de mètres du terrain de Golf.
Chambre principale avec salle de bain « en suite », bain avec hydromassage, cuisine équipée, air climatisé, chauffage, sols en marbre, plusieurs piscines communautaires, garage sous-terrain, cave privée, gardien de sécurité 24h/24
A partir de 110 000 €

appartement-pas-cher-espagne

Les soldes de l’immobilier en Espagne

L’évolution du marché immobilier en France

Selon une récente étude du site Capital.fr, les prix du marché immobilier français sont aujourd’hui largement surévalués, ce qui confirme un sentiment répandu depuis déjà de nombreuses années. En effet, depuis 15 ans, les prix des logements ont augmenté en moyenne de 75% en France et de 114% à Paris.

Sur cette même période, l’inflation a connu une hausse de 18% alors que les salaires moyens n’ont augmenté que de 10%. Ainsi, le décalage entre le pouvoir d’achat immobilier et le revenu des ménages n’a cessé de se creuser.

La Fnaim et la Direction générale des finances publiques confirment que le prix des logements s’est éloigné du revenu disponible des ménages dans la majeur partie des agglomérations françaises :

  • Strasbourg (+65% de hausse des prix entre 2000 et 2010 avec un revenu moyen progressant de 10%)
  • Clermont-Ferrand (+80% de hausse des prix et +17% pour les revenus)
  • Nantes (+99% et +23%)

Les prix des logements ont connu une hausse encore plus élevée dans certaines villes :

  • Toulouse (+119%)
  • Paris (+128% avec un revenu imposable moyen qui n’a progressé que de 13%)
  • Marseille et Lyon (+130%)
  • Toulon (+164%) !

Même si sur les dix dernières années, les taux des crédits immobiliers ont baissé et que le Gouvernement a mis en place des mesures d’aide à l’accession (PTZ Plus, crédit d’impôt, etc.), le marché de l’immobilier français semble largement déconnecté de la réalité.

Selon les Notaires de France, une correction de l’ordre de -7% en moyenne s’est amorcée depuis le début de l’année 2013, l’avenir nous dira si elle s’intensifie au niveau de celle que connait actuellement l’Espagne. Dans tous les cas, c’est le moment idéal pour investir dans une résidence secondaire espagnole !

immobilier-espagne

Comparatif de l’évolution des prix de l’immobilier France/Espagne (Source : journaldunet)

6 Commentaires
  1. Portlions dit :

    Je ne pense pas que cela que puisse arriver en France, la situation de l’Espagne était assez différente de chez nous.

    Merci pour l’article 🙂

    Répondre
  2. Mélanie dit :

    Article très intéressant.
    En effet, la situation économique de l’Espagne est beaucoup plus préoccupante que la notre même avec au très haut taux de chômage qui n’est pas sans conséquences. Heureusement pour nous, nous n’en sommes pas encore là.

    Répondre
  3. iserefinance dit :

    C’est un très bon article, intéressant et cultivant. Merci beaucoup pour toutes ces informations. Elles permettront à tout le monde de mettre à pied son avenir.
    Merci.

    Répondre
  4. viager immobilier dit :

    Merci pour et article. La crise économique en Espagne est plus flagrante car les chômeurs sont très nombreux et presque les particulierts aussi sont surendettés sur les résidences principales.

    Répondre
  5. Villa cadaques dit :

    La hausse du chômage en Espagne provoque une très grande crise immobilière. Même si le prix des immobilisations ne cesse de s’accroître en France, elle ne risque pas de subir la même chose que l’Espagne.

    Répondre
  6. maison a vendre dit :

    Le chômage contribue en effet à l’impact de la situation immobilière. La situation varie selon qu’on soit en France ou en Espagne, ces deux pays sont différents sur le plan crise immobilière.

    Répondre

Laisser un commentaire, poser une question

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − dix-neuf =