simulation rachat de crédit immobilier

Renégociation de crédit immobilier : Mode d’emploi

renegociation-pret-immobilier-2013

C’est le moment de profiter du rachat de crédit immobilier !

Avec des taux immobiliers particulièrement bas, renégocier son prêt est actuellement très tentant pour un emprunteur ayant obtenu des conditions de crédit moins avantageuses qu’aujourd’hui.

Une renégociation de crédit immobilier consiste à rembourser par anticipation le crédit initial grâce à un autre emprunt obtenu généralement dans une autre banque à un taux plus avantageux.

Cette opération financière à la portée de tous peut permettre de réaliser de réelles économies mais avant de se lancer dans une simulation de rachat de crédit, il est judicieux de se poser quelques questions.

Depuis maintenant plusieurs mois consécutifs, les taux des crédit immobiliers baissent et se situent à des niveaux records.

En moyenne, en janvier 2013, les ménages français ont pu emprunter à 3,16 % hors assurances et toutes durées confondues contre 3,95 % en mars dernier. Sur 20 ans, en moyenne et hors assurance, les taux immobiliers se sont établis à 3,55 % et sur 15 ans à 3,10 %.

Pour les emprunteurs malchanceux qui ont contracté un crédit immobilier avant la baisse, obtenir un nouveau taux peut s’avérer très rentable.

Renégociation de taux immobilier : dans quel cas se lancer ?

Le rachat de crédit devient rentable si l’emprunteur réunit les deux conditions suivantes :

  • un écart entre le taux initial du crédit et le nouveau taux de 1 % minimum.
  • se trouver dans les premières années de remboursement (car la part de remboursement des intérêts est importante par rapport à celle du capital)

Les économies réalisées valent-elles le dérangement ?

Le gain possible lors d’un rachat de crédit se calcule en comparant le coût respectif des deux crédits sur la période restante.

Ce coût intègre le montant des intérêts versés suivant le taux obtenu, mais aussi les frais liés au rachat de crédit :

  • les pénalités de remboursement anticipé (généralement six mois d’intérêt, plafonnées à 3 % du capital restant dû)
  • les frais de dossier (de 0,75 % à 1 % du montant emprunté)
  • les frais de garantie (hypothèque, crédit logement…)

Pour aller plus loin, il est aussi judicieux d’intégrer dans ce coût global, les frais de tenue de compte sur toute la durée d’emprunt car ils peuvent varier sensiblement d’une banque à l’autre.

Une simulation de rachat de crédit personnalisée peut être demandée gratuitement à un courtier qui étudiera les particularités de chaque dossier au cas par cas.

simulation rachat de crédit immobilier

Exemple de simulation de rachat de crédit immobilier (Source CAFPI)

Quand le gain est relativement faible, certains emprunteurs préférent ne pas changer leurs habitudes bancaires en se lançant dans un rachat de crédit. La pertinence de l’opération est l’affaire de chacun bien qu’une économie, aussi petite soit elle, reste une économie.

Quel type de simulation de rachat de crédit ?

Obtenir un taux plus bas permet d’envisager plusieurs solutions pour réaménager les remboursements du nouveau crédit :

  • maintenir le même montant de mensualités et réduire la durée totale du crédit
  • conserver la même durée d’emprunt et réduire le montant des mensualités

Dans le premier cas, réduire la durée de remboursement permet souvent d’obtenir un taux encore plus compétitif, de diminuer le coût total du prêt et donc la période d’engagement. Un choix judicieux si un déménagement est envisagé à court ou moyen terme.

Dans le second cas, réduire le montant des mensualités permet souvent de retrouver un peu de souplesse dans son budget et permettre, par exemple, de financer des travaux d’amélioration du logement.

Par ailleurs, l’assurance-emprunteur est aussi une piste à creuser pour réaliser des économies supplémentaires. Il peut s’agir d’obtenir un taux plus compétitif, notamment grâce à la délégation d’assurance, mais aussi de réviser la part souscrite sur chaque tête, en particulier en cas de changement de situation professionnelle ou familiale.

3 Commentaires
  1. lolala dit :

    Bonjour, cela fait maintenant 10 ans que j’ai contracté un prêt immobilier pour l’achat de ma maison à Toulouse avec un taux proche des 4,3% . Votre article tombe à point nommé et complète par ailleurs beaucoup celui proposé par le site du gouvernement http://gouv.tv/23 . Etant donné que mon taux d’emprunt initiale est 1,2% plus élevé que le taux actuel, ma demande n’est pas surréaliste non. Vous le mentionnez dans votre article. Par contre lorsque j’en ai parlé à mon banquier, celui-ci fait la sourde oreille. Que faire? Les choses n’avancent pas comme je le souhaiterais…
    Merci de votre aide.

    Répondre
    • Alexis dit :

      Bonjour lolala,
      Nous sommes quelque peu dans la même situation, bien que notre prêt n’a pas 10 ans, mais 1.5 an.
      J’ai pris le taureau par les cornes, j’ai contacté deux banques, ça m’a pris 30 min de retrouver tous les papiers nécessaires, 2 fois 1h15 de rdv avec chaque banque … et là j’ai eu une proposition à 3.40% sur 20 ans, soit une différence de plus d’1 point …
      Si votre banquier ne se bouge (et il n’a pas réellement intérêt, sans mauvais jeu de mot!), il faut que vous bougiez à sa place.
      Cordialement,
      Alexandre

      Répondre
  2. Myriam dit :

    Super article ! Il sera très utile pour les internautes qui cherchent à renégocier leur prêt en 2016. J’ai cru comprendre qu’ils sont nombreux à vouloir le faire vu les faibles taux d’emprunt actuels.

    Répondre

Laisser un commentaire, poser une question

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × quatre =