immobilier-2012-prix-faut-il-acheter

Est-ce le bon moment pour acheter un bien immobilier ?

immobilier-2012-prix-faut-il-acheter

Faut-il investir dans l’immobilier en 2012 ?

Dans un contexte de baisse des prix de l’immobilier, de taux immobiliers bas et de chute des volumes de vente des logements, beaucoup de particuliers candidats à l’accession se demandent si le moment est favorable pour investir dans la pierre.

Les prix des logements vont-ils continuer de baisser ? Une hausse des taux immobiliers est-elle à prévoir ? Faut-il acheter maintenant avant qu’il ne soit trop tard ?

Découvrez les prévisions de l’immobilier 2012 du directeur du site Pap.fr, spécialisé dans les annonces immobilières de particulier à particulier.

Selon Jean-Michel Guérin de Pap.fr, la baisse des prix de l’immobilier constatée actuellement ne sera pas durable et les taux des crédits immobiliers devraient prochainement repartir à la hausse. C’est donc le bon moment pour investir dans l’immobilier en pariant dans la pierre, une valeur qui demeure sûre à long terme.

Selon l’agence de notation Standard & Poor’s qui enclenché la dégradation du triple A de la France, les prix de l’immobilier sur le parc résidentiel français devraient subir une baisse de -15% d’ici à 2013.

Du côté des notaires, l’atterrissage devrait s’effectuer en douceur avec une baisse des prix des logements estimée entre -5 et -10%.

Quant aux agences immobilières, leurs prévisions de baisse des prix de l’immobilier s’établissent autour de -5%.

Jean-Michel Guérin est le directeur général de Pap.fr, le site de petites annonces entre particuliers, troisième site immobilier le plus consulté par les internautes. Il a récemment accordé un interview à l’Expansion et livré son avis sur le marché immobilier actuel en France.

Ampleur de la baisse des prix de l’immobilier en 2012

Selon Jean-Michel Guérin, il est difficile de prévoir précisément l’ampleur de la baisse des prix de l’immobilier à venir. Cependant, tous les facteurs de recul sont réunis :

  • le nombre de transactions immobilières est en chute
  • les banques resserrent leurs conditions d’accès au crédit immobilier
  • la crise financière réduit de plus en plus la solvabilité des ménages candidats à l’accession

Par ailleurs, si le redressement des finances publiques n’a pas lieu après les élections présidentielles, la note de la France sur les marchés financiers pourrait être dégradée, ce qui entraînera inévitablement une hausse des taux immobiliers.

Conjoncturellement, il est donc raisonnable de parier sur une baisse des prix de l’immobilier.

Pourtant, structurellement, entre une demande en logement qui reste forte et une offre qui frôle la pénurie, il est impossible d’avoir une baisse des prix sur le long terme.

En effet, selon Jean-Michel Guérin, il manque environ un million et demi de logements. La baisse des prix de l’immobilier devrait probablement s’établir autour de 5 à 10%.

Comme toujours, cette baisse devrait être marquée par de fortes disparités suivant les régions. A Paris par exemple, la baisse des prix ne devrait pas dépasser 3 à 5%. En revanche, elle sera plus importante en grande couronne. Ce qui est certain, c’est la chute des transactions immobilières qui devrait atteindre entre 20 et 25% sur l’année. Pourtant, une baisse des volumes de ventes n’entraîne pas forcément une baisse des prix des biens immobiliers.

Sur le site Pap.fr, les annonces postées par les particuliers restent plus longtemps en ligne et le taux de renouvellement des biens immobiliers à vendre est passé de 60 à 45%. En outre, sur certaines zones en province, la durée des transactions est passée de trois à six mois. Ce constat s’accentue dans les villes moyennes semi-rurales où il est très difficile de vendre depuis un an. C’est le cas notamment de Poitiers, Bergerac, Montauban etc.

En revanche, le marché immobilier reste très soutenu dans des villes où la demande est forte comme Bordeaux, Nantes, Lille, Lyon. Le littoral résiste aussi très bien, car les particuliers continuent à vouloir acquérir une résidence secondaire. Enfin, Paris résiste encore et toujours du fait de la forte demande locative, de la demande de pied à terre, mais aussi en raison d’une forte demande des étrangers.

Est-ce le bon moment pour acheter un bien immobilier ?

Selon Jean-Michel Guérin, dans ce contexte de baisse des prix de l’immobilier, la période est propice pour investir sur le long terme, avec une durée minimale d’investissement sur dix ans, d’autant que les taux d’intérêt sont actuellement bas, avec une menace de hausse imminente. Par ailleurs, malgré la crise économique et les plans d’austérité, l’immobilier reste une valeur refuge en France.

En revanche, s’il s’agit d’un investissement immobilier à court terme, le marché n’est pas stable et engendre des risques sont importants.

(Source : L’Expansion.com)

2 Commentaires
  1. Le prévisionniste? dit :

    Il est en effet difficile de prévoir.
    Je fais partie des futurs acquéreurs. Futurs car avec mon épouse, nous attendons encore.
    Avec un budget de 400 à 450 000 euros en province (Tours) nous observons une belle cacophonie sur les prix affichés actuellement(oct 2012). Donc nous patientons. Une simulation avec une remontée des taux d’intérêts de 1 point n’aura aucun impact car nous emprunterons des sommes inférieures…donc pas un soucis.
    Le président de la chambre des notaires de France prédit dans un interview récent (disponible sur internet – BFM) des baisses allant à plus de 10 % cette année et…pour les plus patients de très belles opportunités en début d’année prochaine.
    Acquéreurs: patientez !

    Répondre
  2. michel mouillart dit :

    Pour un professionnel de l’immobilier c’est toujours le bon moment d’acheter aujourd’hui pour les taux bas, demain sera pour les prix raisonnables.

    Répondre

Laisser un commentaire, poser une question

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit − 5 =