Exposition-des-banques-françaises-à-la-Dette-Européenne

Conséquence de la dégradation des notes financières sur les taux immobiliers 2012

 

dégradation-note-financière-taux-immobiliers-2012

La crise financière en Europe se répercutera sans doute sur les crédits immobiliers en France

Avec la dégradation de la note financière de cinq pays européens et trois banques françaises, la crise financière se durcit de plus en plus dans la zone Euro.

Les agences de notation Fitch et Standard & Poor’s mettent ainsi en lumière et sans équivoque le problème de la dette publique en Europe.

Par ailleurs, cette baisse de note financière remet en cause non seulement la stabilité économique de certains pays européens, dont la France, mais aussi la solidité de grands établissements bancaires.

Quelles en seront les conséquences sur les prêts bancaires et leurs taux immobiliers en 2012 ?

Dégradation de la note financière de cinq pays européens

Vendredi 27 janvier, l’agence de notation financière Fitch a dégradé la note souveraine de cinq pays européens.

  • La note financière de l’Italie est abaissée de deux crans, soit A-
  • La note financière de l’Espagne perd deux crans, soit A
  • La note financière de la Belgique rétrograde d’un cran, soit AA
  • La note financière de la Slovénie recule de deux crans, soit A
  • La note financière de Chypre chute d’un cran, soit BBB-
Notation-financière-des-Etats-Européens-selon-Standard-&-Poor's

Notation financière des Etats Européens selon Standard & Poor's, Source : Standard & Poor's

Par ailleurs, l’agence d’évaluation accompagne ces notes d’une perspective négative, signe d’une possible baisse future.

Fitch a souligné « la détérioration marquée des perspectives économiques », dans un contexte où de nombreux économistes envisagent une année 2012 de récession.

Selon Fitch, la crise financière de l’Europe ne peut être résolue que par une reprise économique généralisée même si un « éclatement » de la zone Euro n’est pas à exclure.

Dégradation de la note de trois grandes banques françaises

Mardi 24 janvier, l’agence d’évaluation financière Standard & Poor’s a abaissé d’un cran les notes de trois grands groupes bancaires français.

  • Le Crédit agricole
  • La Société générale
  • La Banque populaire-Caisses d’épargne (BPCE)

voient ainsi leur note A+ passer à A.

 note-banques-françaises

Notation des banques françaises selon les différentes agences de notation, Source : Reuters
Exposition-des-banques-françaises-à-la-Dette-Européenne

Exposition des banques françaises à la Dette Européenne, Source : EBA (European Banking Authority)

 

En outre, la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), institution financière publique de l’Etat Français, est dégradée de AAA à AA+.

Cette décision est un prolongement logique de la dégradation du triple A de la France survenu le 13 janvier dernier.

Pour rappel, plusieurs entreprises publiques et semi-publiques de la zone Euro ont également subi une dégradation de leur note à la suite de celle de la France. Il s’agit d’EDF, de la SNCF, de RTE (Réseau de transport d’électricité, filiale d’EDF), du Réseau ferré de France (RFF), de l’Unedic, de la Cades et de l’AP-HP.

Dégradation de note financière et crédit immobilier

Au lendemain de la dégradation de la note financière de la France, nous nous étions penchés sur les conséquences de la perte du triple A sur les crédits immobiliers.

Il ne fait nul doute que cette série de mauvaises nouvelles pèse de tout son poids sur la crise financière. Les établissements bancaires se retrouvent plus que jamais sous surveillance, confinés dans une nasse de restrictions budgétaires inéluctables et le particulier devrait en subir les frais en 2012, notamment par le biais des crédits immobiliers dont le coût devrait encore s’alourdir.

Les banques avaient d’ailleurs anticipé ce scénario dés la fin de l’année 2011.

En effet, selon l’Observatoire Crédit Logement CSA, les taux d’intérêt immobiliers au 4ème trimestre 2O11 se sont établis en moyenne à 3,88%, avec 3,87% pour l’accession dans le neuf et 3,93% dans l’ancien. Ces taux représentaient une hausse de 65 points par rapport à la même période en 2010.

Même si la hausse des taux semble s’être stabilisée, les dégradations de note à répétition auront forcément des conséquences pour les particuliers. En effet, si la France emprunte plus cher, les banques vont se financer également à des taux plus élevés et les taux proposés aux particuliers seront également plus élevés.

En pratique, l’Etat Français emprunte aujourd’hui à des taux moyens qui avoisinent les 3,00%. Avec la dégradation de sa note financière, ces taux pourraient subir une hausse de 0.5 à 1%.

D’ici le printemps 2012, les taux immobiliers proposés aux particuliers pourraient ainsi subir une hausse de 50 points et s’établir en moyenne autour de 4,70% sur 20 ans contre 4,20% aujourd’hui.

Par ailleurs, les banques ont distribué 160 milliards d’euros de prêts immobiliers en 2011. Selon Michel Mouillart, professeur d’économie à l’université Paris-Ouest, ce montant devrait avoisiner 130 milliards en 2012, soit une chute de 20 % sur un an.

Toutes proportions gardées, rappelons que malgré la hausse, les taux immobiliers actuels de la France sont encore parmi les plus bas d’Europe et toujours en dessous de ceux pratiqués à l’automne 2008.

Dans tous les cas, l’accès au crédit immobilier sera donc plus strict en 2012. Les conditions actuelles sont au minimum :

  • 20% d’apport personnel
  • une durée d’emprunt inférieure à 25 ans
  • une situation professionnelle en CDI depuis plus de 6 mois
  • un taux d’endettement inferieur à 33%
0 Commentaires

Laisser un commentaire, poser une question

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × deux =