note-triple-A-france-baisse-aaa

La France va t elle perdre son triple A ?

note-triple-A-france-baisse-aaa

Après les Etats Unis, la France va t elle perdre sa note triple A ?

La France bénéficie actuellement de la meilleure note possible (AAA) de la part des agences de notation Moody’s, Standard & Poor’s et Fitch Ratings.

Cette fameuse note triple A lui permet d’emprunter sur les marchés financiers dans des conditions de crédit très favorables. Cette note AAA est donc un gage de grande stabilité financière.

Pourtant, dans le climat de crise financière, de dette publique et de faillite bancaire que traverse l’Europe actuellement, les principales agences de notations pourraient bien décider une baisse de la note AAA de la France. Contre toutes attentes, le colosse américain à bien perdu son triple A cet été.

Triple A français, grandeur et décadence

Le ministre de l’Economie et des Finances François Baroin a présenté, mercredi 28 septembre 2011, le budget de l’Etat pour 2012. Le ministre a notamment affirmé que le Gouvernement mettait tout en œuvre pour que la France conserve sa note triple A.

Sur France 2, le ministre de l’Economie et des Finances a déclaré : « Nous serons là pour conserver ce triple A. C’est une condition nécessaire pour protéger notre modèle social (…) Nous mettrons tout en œuvre pour ne pas être dégradés (…) Nous avons une marge de manœuvre (…) Nous prendrons toutes les mesures donc il n’y a pas d’inquiétude ».

Il est vrai que depuis trois ans, un certain nombre de réformes impopulaires ont été mises en place par le Gouvernement et plaident en sa faveur. Nous pouvons citer par exemple la réforme des retraites ou celle de la fonction publique avec le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux. Ces mesures, visant à réduire la dette publique de la France tout en garantissant son modèle social, constituent une bonne intention mais encore faudrait il que les économies soient réellement constatées au terme du bilan financier.

Le triple A de la France entre les griffes de Moody’s

Quoi qu’il en soit, L’agence d’évaluation financière Moody’s Investors Service a annoncé lundi qu’elle se donnait trois mois pour déterminer si la perspective de stabilité de la note triple A de la France était toujours justifiée, compte tenu de la dégradation de sa situation économique.

Au cours des mois prochains, l’agence de notation s’emploiera à surveiller et évaluer la stabilité financière de notre pays, en intégrant les mesures annoncées de réduction du déficit budgétaire.

Si Moody’s décide de baisser la note de la France, nous deviendrions ainsi le nouveau grand pays, après les Etats-Unis, à perdre ce précieux sésame financier. Cette note financière étant l’appréciation du risque de solvabilité financière de notre pays, la conséquence immédiate serait une plus grande difficulté à emprunter pour l’Etat, qui se répercuterait inévitablement sur les taux des prêts bancaires aux particuliers.

L’agence de notation Moody’s a tenu à préciser que son examen entrait dans le cadre de son étude annuelle sur les comptes de la France et qu’aucune décision sur la note du pays ne serait prise à ce stade.

Malgré tout, Moody’s est la première des trois grandes agences de notation à laisser planer un doute sur le devenir du « Aaa » français.

Dans un récent communiqué de presse, Moody’s révèle que la solidité financière du gouvernement français « s’est affaiblie, comme c’est aussi le cas pour d’autres pays de la zone euro, car la crise économique et financière dans le monde a conduit à une détérioration de ses ratios d’endettement, qui sont désormais parmi les plus faibles des pays notés +Aaa+« .

Pour Moody’s, « la France pourrait faire face à un certain nombre de défis dans les mois à venir, comme par exemple la nécessité d’apporter un soutien additionnel à d’autres pays européens ou à son propre système bancaire, ce qui pourrait accroître de manière significative les engagements que doit supporter le budget du pays ».

Nous évoquions il y a peu de temps la faillite des banques en Europe. Cette perspective ne semble visiblement pas être une alternative à écarter pour l’agence de notation financière.

2 Commentaires
  1. Création site immobilier dit :

    Quel en serait l’impact sur les taux d’intérêts? Et surtout sur quelle échelle de grandeur? Une catastrophe pour les professionnellement de l’immobilier se profile pour 2012.

    Répondre

Laisser un commentaire, poser une question

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + dix-huit =