Couvent Cordeliers Dijon France

Défiscalisez grâce à l'immobilier ancien de prestige

Après Renovalys, SCPI Malraux lancée en décembre 2009, et désormais fermée à la souscription, le groupe Avenir Finance propose une nouvelle SCPI de défiscalisation: Renovalys2.

Titulaire du visa AMF depuis le 20 avril 2011, cette première SCPI de déficit foncier, lancée en France, permet d’investir dans l’immobilier ancien de prestige, tout en diminuant son impôt sur le revenu, dès l’année de souscription.

Comment le système fonctionne-t-il?

SCPI de déficit foncier: pour un avantage fiscal de droit commun

L’investissement en « pierre papier » permet de mutualiser les risques liés à l’immobilier locatif, puisque vous achetez des parts d’immeubles.

Afin de favoriser la rénovation dans l’ancien, le régime fiscal « déficit foncier » permet d’imputer la quote-part des dépenses de réparation, d’amélioration et d’entretien, liées aux investissements dans l’immobilier ancien.

Dans le cas d’une SCPI déficit foncier, cette imputation sans limitation de montant sur les revenus fonciers, et dans la limite de 10.700 euros sur le revenu global, peut être réalisée dès l’année de souscription des parts.

Il est important de souligner que l’imputation des déficits fonciers sur les revenus fonciers ou sur le revenu global n’est pas visée par la limitation des « niches fiscales » (article 200-OA du Code Général des Impôts), en l’état actuel de la législation.

Cet investissement de long terme nécessite une durée de détention des parts de 18 à 20 ans, afin de permettre la liquidation totale des actifs, avant la dissolution de la société prévue statutairement.

Le marché secondaire est quasi-inexistant pour la SCPI « déficit foncier ». En effet, l’avantage fiscal ne peut être transmis, et ne bénéficie qu’au souscripteur d’origine.

SCPI Renovalys2 : l’ancien Couvent des Cordeliers à Dijon est la première acquisition réalisée par Avenir Finance Investment Managers

  • Ce produit d’investissement spécifique s’adresse en priorité aux investisseurs situés dans la tranche marginale d’imposition à 41%, et qui disposent déjà de revenus fonciers.
  • La rentabilité locative, après exécution des travaux et livraison à la société d’exploitation, est annoncée à 4,38%. L’investissement minimal est de 10.000 €, soit deux parts de 5.000 euros, avec des frais de souscription inclus, à hauteur de 12,56% du prix de souscription de la part. Les frais de gestion s’élèvent à 11,96% des recettes locatives et financières.

Dans le cas d’un investisseur imposé à 41% et qui dispose de revenus fonciers positifs au moins à hauteur du déficit généré l’année de la souscription, l’avantage fiscal serait le suivant :

Ramené à la part de SCPI, le prix de souscription de 5.000 € se décompose en 4.300 euros de valeur nominale, et 700 euros de prime d’émission. Pour une quote-part de travaux de 50%, qui correspond à un déficit foncier généré de 2.150 €, l’économie d’impôt en année n+1 représenterait 1.146 euros, situant ainsi le prix de revient de la part à 3.854 €.

La souscription, possible jusqu’au 31 décembre 2012 (sauf clôture anticipée), est à réaliser auprès d’Avenir Finance Gestion Privée, Ageas France, Sicavonline, et les CGPI partenaires. Eventuellement, l’achat des parts pourra être réalisé à crédit auprès du Crédit Foncier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

10 + 10 =