La semaine dernière, alors que  la Banque Centrale Européenne (BCE) relevait ses taux d’intérêts de 0,25%, quatre banques françaises baissaient leurs taux immobilier de 0,05% pour juillet – août 2011.

Comment expliquer ce décrochage à « contre cycle », et comment en profiter ?

Que se passe t’il ?

Les taux des crédits immobiliers ont commencé leur remontée fin 2010. Ils ont légèrement baissé en mai – juin 2011, pareil en juillet – août 2011. On serait aujourd’hui sur un palier avant une remontée prochaine. Notons, que cette fois encore, les banques se suivent lorsqu’elles font évoluer leurs taux :

  • En décembre 2010, nous avions identifié dans cette tribune, que les banques ont à la fois  remonté les taux et resserré la fourchette de taux immobiliers.
  • En juillet 2011, nous identifions que les banques se suivent sur un palier à « contre cycle ».

Pourquoi les banques décrochent des taux de la BCE ?

On a vu dans cette tribune que les taux d’intérêts immobiliers sont des produits d’appel pour les Banques.

Le crédit immobilier apporte des sources de revenu complémentaires comme les assurances, l’équipement bancaire (cartes, comptes …).
Ces sources compensent la réduction de la marge sur le taux. Les banques qui baissent leurs taux immobilier font donc durer le palier à « contre cycle » et continuent la « moisson » tardive des nouveaux clients.

Cette moisson va durer jusqu’à ce que la marge globale sur l’équipement et sur le taux reste suffisante.

Quel est l’effet pour les banques ?

Les Banques poursuivent ainsi, encore un mois, la collecte d’un volume d’activité, qui, s’évaporera bientôt :

  • Le crédit immobilier est saisonnier. Beaucoup d’achats se font au printemps avec une installation pour la rentrée. En août – septembre, il y a moins de demandes de crédit.
  • Le PTZ+ 2011 et le coup de pouce sur le BBC attirent des particuliers primo-accédants à fort potentiel sur le marché immobilier. Sans ces aides, ils seraient restés locataires.
  • Dans un futur proche, avec un volume de demandes faible et des taux sans doute plus élevés, ce sera plus difficile de filtrer un volume significatif de « bons dossiers ».

Pour les Banques, il y a donc aujourd’hui une aubaine à attraper.

Comment en profiter ?

  • Les Particuliers qui ont déjà prévu la signature du compromis pourront bénéficier de cette opportunité. Néanmoins, leur capacité de négocier sera faible à la fois sur le taux et sur l’équipement (assurances, surveillance, cartes, comptes …).
  • Dans certaines régions, le tassement des prix immobiliers peut créer des opportunités sur des biens anciens. C’est particulièrement le cas si le bien immobilier est situé à la périphérie d’une zone privilégiée du PTZ+ 2011. Pour pouvoir en profiter cet été, cela demande une mobilisation rare de tous les acteurs en août sur un dossier optimisé.
  • Pour les autres particuliers, nous conseillons qu’ils profitent du mois d’août pour se documenter sur le marché immobilier local, sur les acteurs et sur la technique du crédit immobilier. C’est le plus utile pour démarrer au mieux le cycle d’achat d’automne. En effet, il est probable que taux et prix changent beaucoup à cette période.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix-neuf − un =