Prêt à Taux Zéro Plus, les premiers retours de 2011

L’état nous soutient… mais les banques ont du mal à suivre !

Nous avons analysé plus de 16 000 simulations prêt taux zéro réalisées sur notre site durant le mois de janvier 2011. La principale information qui ressort est la grande confusion des emprunteurs et des banques face au dispositif.

Prenez des banques pas prêtes et des emprunteurs sous-informés (ou sur-informés !) qui se retrouvent dans l’impasse…

Ajoutez à cela un certain flottement sur les points de détail : indivision, réduction du montant du PTZ+, estimations basées sur des grilles qui ne sont plus à jour…

Enrobez le tout d’un embouteillage au niveau du marché immobilier et des agences immobilières : annonces sans DPE, agents non formés au PTZ+, « conseils » donnés sans aucune base chiffrée…

Vous obtenez une belle pagaille qui a quelque peu terni l’engouement des emprunteurs.

Des emprunteurs déjà très engagés

Du coté des emprunteurs, 2 profils se dessinent :

  • Il y a ceux qui ont anticipé l’aide, calculé leurs droits au PTZ+ et qui ont délibérément attendu 2011 pour enclencher leur démarche.
  • Et il y a ceux qui se retrouvent dans une impasse, avec une offre de prêt qui n’est plus valable car elle date de décembre 2010.

Dans un cas comme dans l’autre, il y a un certain ressenti (souvent justifié) envers leur banque.

Pour les premiers, c’est l’incompréhension qui domine. Lorsque leur conseiller financier leur annonce que le projet ne pourra être monté avant la mi-février car la banque « n’a pas les outils » pour réaliser le montage immobilier.
Une incompréhension souvent doublée d’un coup de gueule quand l’emprunteur se rend compte qu’il en sait plus que son banquier sur le dispositif.

Les seconds nous indiquent que les choses ont parfois traîné en longueur, que la banque n’a pas assez insisté sur l’urgence de la démarche avant le couperet du premier janvier 2011.
Leur offre de prêt qui incluait l’ancienne formule du prêt à taux zéro (et donnait accès au crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt) n’est plus valide, les taux ont fait un bon dans l’intervalle et la banque demande encore une semaine ou deux avant d’éditer une nouvelle proposition incluant le PTZ+…
On arrive à des extrêmes, avec des acquéreurs primo-accédants contraints d’accepter une offre sans PTZ+ que leur édite leur banque car ils ne peuvent plus faire marche arrière dans leur projet.

Opportunités et retard des banques

Il est bien entendu exclu de mettre tout le monde dans le même panier. Des enseignes on su tirer leur épingle du jeu et profiter de l’aubaine du nouveau prêt à taux zéro.

Le Crédit Foncier, banque spécialisée dans le financement immobilier, a notamment pris le taureau par les cornes et a su s’adapter. Elle communique d’ailleurs beaucoup autour de son « offre PTZ+ ». Un avantage certains pour cette enseigne face à des grandes banques qui, si elles proposent en général des conditions de crédit sensiblement meilleures, ne sont pas capable encore d’inclure l’aide du gouvernement dans leur montage.

Pour de nombreuses banques en revanche, le retard va être long à combler. Les conseillers ne vont pas être formés en un jour à l’usine à gaz conçue par le gouvernement.

Le dossier PTZ type

En analysant les chiffres issues de nos simulations nous avons déterminé le « profil type » de l’emprunteur qui profite du prêt à taux zéro plus en ce début d’année 2011 :

  • Une famille située en zone A, la grande gagnante de ce dispositif. Principalement en banlieue parisienne, mais aussi dans la région française autour de Genève.
  • Des biens neufs, avec une répartition équilibrée entre BBC et non BBC. On note un engouement certain pour les constructions écologiques mais le surcoût effraie encore certains acquéreurs.
  • Des revenus plutôt au dessus de la moyenne française, pour des montants financés de l’ordre de 300.000€
  • Un apport généralement conséquent, des emprunteurs plutôt « agés » pour des primo-accédants (35 ans)
  • Une très bonne connaissance des textes de loi et de leurs droits : ils complètent souvent leur montage avec le prêt paris logement 0% ou un prêt patronal…

Ces acquéreurs cherchent bien sûr à obtenir un bon taux de crédit. Mais ils cherchent avant tout à réaliser le montage qui correspond le mieux à leurs attentes. Oubliez les banques qui ne proposent pas de lissage et celles qui sont peu à l’aise sur le prêt à taux zéro plus, ces emprunteurs attendent une qualité de service irréprochable.

2 Commentaires
  1. Bernard dit :

    CF n’a rien pris par les cornes. A grenoble un couple se retrouve dehors avec enfants alors que le doosier et béton. La presse locale ayant été alerté ainsi que la presse indépendante (Rue89…) du net et des association (UFC…) le CF va comprendre sa douleur..

    Répondre
  2. pierre dit :

    Croyez bien tout d’abord que nous n’avons aucun intérêt avec le CF ou n’importe quel établissement.
    De ce que nous avons constaté, le CF avait vraiment été un des premiers sinon le premier à être aussi « calé » sur le PTZ+. Venant d’une banque spécialisée dans le crédit immo cela paraît normal.

    Je n’ai retrouvé aucune trace de votre information sur le net, pouvez-vous nous en dire plus ? s’agit-il d’un défaut d’information, d’un réel souci de « nuire » ? s’agit-il d’un cas isolé ou d’une décision du groupe ?

    Répondre

Laisser un commentaire, poser une question

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × deux =